Culture et Développement

S'abonner à flux Culture et Développement
Organisation non gouvernementale de coopération culturelle (depuis 1962)
Mis à jour : il y a 1 heure 38 min

Retour sur le Forum international Creative Mobilities

13 novembre 2017

© Culture et Développement – Programme Territoires Associés

Nouveau venu sur la scène des forums sur la mobilité, « Creative Mobilities » est le premier rassemblement en France pour les mobilités urbaines créatives. Porté par Culture et Développement et son programme Territoires Associés et le Syndicat Mixte des Transports en Commun de Grenoble, le Forum Creative Mobilities s’est lancé comme défi de repositionner l’humain et la créativité au centre des réflexions sur les mobilités et l’avenir des territoires.

« Pour engager les plans de déplacements urbains tels que nous rêvons qu’ils soient d’ici 2050, notre défi n’est pas seulement technologique, il est aussi culturel et artistique », souligne Yann Mongaburu, Président du SMTC.

« Creative Mobilities est né de l’identification de plus de 80 réalisations dans le monde liant art et mobilité. Nous avons ici à Grenoble, la chance d’avoir un écosystème propice à l’innovation, c’est pourquoi nous y avons convié nos experts internationaux », explique Valéria Marcolin, Co-fondatrice du Forum et co-directrice de l’ONG Culture & Développement.

Sous le haut patronage de la Commission nationale française pour l’Unesco et intégré dans le programme officiel de l’Année France-Colombie, le Forum a réuni fin septembre 70 intervenants représentants 15 pays et 33 métropoles et territoires, 6 délégations étrangères et 320 participants lors de 4 conférences plénières et 8 ateliers thématiques pour aider à construire un nouvel imaginaire culturel dans les mobilités de demain.

« Ce premier forum Creative Mobilities a été très riche. Nous voulions créer une communauté car pour gérer des enjeux complexes, il faut travailler ensemble (…). Des solutions très simples ont été imaginées de l’autre côté de la planète et ce forum est un véritable levier de rencontres et d’innovation pour imaginer quelles mobilités et quelles sociétés vivrons nous en 2050. La culture et les mobilités au service de nouveaux modes de vie durables, ainsi que la coopération internationale nous semblent aujourd’hui des leviers essentiels pour combattre tout isolement, toute exclusion ou enfermement mais également pour rêver nos territoires de demain, faire voyager les idées, nous ouvrir au monde et à la créativité, habiter le monde tout en préservant notre planète. » reprend Valeria Marcolin.

La ville de Medellin était mise à l’honneur. Longtemps considérée comme ville la plus dangereuse du monde, la métropole s’est transformée en 20 ans sous l’action des pouvoirs publics et grâce à l’innovation, la culture et les nouvelles mobilités. Le Métrocable de Medellin est « la fierté d’un peuple » plus qu’un moyen de transport, il a permis aux plus pauvres de sortir de leur isolement et de gagner beaucoup de temps. Une véritable Cultura Metro a été déployée avec notamment la  diffusion de campagnes focalisées sur les comportements à suivre lors des déplacements. « Par des messages vocaux, des affiches et des personnes ressources, la norme est rappelée » (Beatriz Villa, docteure en sociolinguistique à Grenoble et originaire de Medellin).

Ce grand projet a été mené avec la société grenobloise Poma. « L’expérience a commencé pour nous à la fin des années 90. Elle s’est mise en musique fin 2000. Et nous démarrons aujourd’hui la sixième liaison par câble. On a grandi les uns avec les autres, car l’idée était aussi de préparer les gens au choc culturel. On a pris, par exemple, le pari d’intégrer les enfants pour qu’ils s’approprient ces nouveaux transports », a expliqué Jean Souchal, président du groupe Poma.

En téléchargement, vous pouvez lire le communiqué rédigé par Anne Leemans (Yellow design Foundation) et Valeria Marcolin (Creative Mobilities).

Découvrez également sur Territoires Associés quelques bonnes pratiques de mobilités créatives dans des pays en développement :

La critique face aux enjeux culturels

13 novembre 2017

© OIF

Dans le cadre de sa mission de promotion de la diversité bculturelle et linguistique, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) organise un atelier régional de formation de journalistes culturels sur le thème de « La critique face aux enjeux culturels » du 27 novembre au 2 décembre 2017 à Lomé (Togo).

Cette action de formation s’inscrit dans la mise en oeuvre de son programme d’appui au renforcement des politiques et industries culturelles des pays francophones du Sud. L’objectif de ce programme est de renforcer les capacités humaines et institutionnelles des pays concernés en vue de contribuer à l’amélioration de leurs systèmes de gouvernance de la culture. Dans ce contexte, l’OIF cherche à renforcer son offre en formations à destination des journalistes culturels qui font de leur métier un enjeu de promotion de la diversité des expressions culturelles et qui oeuvrent à faire reconnaître les arts et la culture dans leur pays. Le renouvellement des formes et des objets de la culture, tout comme l’apparition de nouveaux supports d’information, ne manque pas de redéfinir les relations entre journalisme et culture. Il semble donc nécessaire de réaffirmer le rôle du critique culturel comme acteur essentiel du dialogue des cultures et le garant d’un monde riche, mais aussi plus sûr, de par sa diversité culturelle assumée.

La formation, qui s’adresse à des journalistes culturels issus des pays d’Afrique de l’Ouest, poursuit un double objectif :

  • Améliorer le niveau d’information et de compréhension des journalistes sur les enjeux culturels (interactions entre culture et développement, diversité culturelle, mondialisation culturelle, poids des industries culturelles dans le monde et leur importance comme vecteurs d’influence et de rayonnement international, etc.)
  • Transmettre des outils d’analyse critique d’œuvres culturelles de manière à renforcer leur travail de médiation auprès des publics. Des œuvres de plusieurs disciplines artistiques, notamment le cinéma, la littérature, les arts du spectacle, la musique, etc. seront notamment traitées

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de l’OIF.

Kédougou adopte son schéma directeur pour le développement du territoire

18 octobre 2017

Dans le cadre de la coopération décentralisée entre les Départements de l’Isère et de Kédougou, au Sénégal, Culture et Développement travaille depuis 2014 à la réalisation d’un schéma directeur pour le développement du territoire.

A l’issue des phases d’identification des ressources culturelles et de diagnostic, un plan stratégique a été élaboré autour de cinq axes :

  • Créer, organiser et concevoir une gouvernance de la culture, visant à renforcer le Conseil départemental de Kédougou dans son rôle de pilote et à faciliter la participation des autres collectivités, des services de l’Etat concerné, des acteurs du secteur privé et de la société civile
  • Encourager la promotion de la diversité et de la cohésion sociale sur le territoire
  • Aménager le territoire pour favoriser l’accès à la culture
  • Favoriser l’émergence d’une économie créative
  • Contribuer à l’attractivité et à la compétitivité du département de Kédougou par la culture

Le document dans sa forme synthétique a été adopté par le Conseil départemental de Kédougou le 24 août dernier. Dans la perspective de la poursuite de ces actions, de nouveaux volets de travail sont envisagés autour de la formation, de l’entreprenariat, le patrimoine immatériel et la lecture publique.

Par ailleurs, une mission de Culture et Développement devrait se rendre à Dakar avant la fin de l’année pour présenter le plan stratégique aux acteurs nationaux et internationaux dans la perspective d’identifier de nouveaux partenaires techniques et financiers.

Rapport de l’UE sur les liens entre culture et migrations

20 septembre 2017

© Union européenne

Publié en 2017 par l’Union européenne, le rapport « How culture and the arts can promote intercultural dialogue in the context of the migratory and refugee crisis » propose une étude sur la manière dont les arts et la culture peuvent promouvoir le dialogue interculturel dans un contexte de crise migratoire et des réfugiés. Ce rapport est le produit d’un groupe de travail des États membres de l’UE créé en octobre 2015 et dédié aux questions du dialogue interculturel dans le contexte de la crise migratoire et des réfugiés. Il fournit des recommandations destinées aux responsables des politiques culturelles implantés aux niveaux européen, national et local ainsi qu’aux organisations culturelles. Trois thèmes clés sont abordés :
  • L’autonomisation : Afin d’ouvrir la voie à l’égalité des chances et à la participation à la vie sociale et culturelle, l’accent est mis sur la prise en compte des réfugiés et des migrants en tant qu’individus dont les voix ont le droit d’être entendues, et non en tant qu’identité collective
  • L’intersectorialité : En raison de la transversalité de ces questions, il est recommandé de créer des liens entre les arts et la culture et d’autres secteurs de l’action publique comme l’emploi, l’éducation, le bien-être, le logement et la justice
  • L’évaluation : La nécessité d’évaluer les initiatives artistiques et culturelles dans ce domaine est soulignée afin que les conclusions soient partagées, permettant ainsi le développement de meillleures politiques culturelles

Les recommandations sont suivis d’études de cas européens identifiés comme des bonnes pratiques.

Téléchargez le rapport ainsi que son résumé en anglais et en français.

En savoir plus : Commission européenne – New report on arts and culture in the context of the migratory and refugee crisis.

South African Festivals Economic Impact Calculator

20 septembre 2017

© SACO

Le 17 septembre 2017, le South African Cultural Observatory (SACO) a publié une vidéo de formation sur l’utilisation de son South African Festivals Economic Impact Calculator (SAFEIC). Cet outil, à accès libre en ligne et développé par le SACO, est destiné aux organisateurs de festivals culturels et d’évènements. Il leur permet de suivre et d’évaluer l’impact économique de leurs événements dans le cadre d’une économie hôte. Il a été conçu pour produire des résultats aussi fiables et valides que possible pour une large gamme d’événements, à condition que les données saisies soient aussi précises que possible.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site du SACO qui répond à toutes vos questions sur le SAFEIC. Vous pouvez également télécharger le guide du SAFEIC et regarder la vidéo de formation.

Des graffeurs qataris protestent contre le blocus

20 septembre 2017

© Aljazeera

5 artistes, 1 bâtiment et 10 jours… C’est le défi qu’ont relevé des artistes qataris pour protester contre le blocus imposé depuis 100 jours au pays par l’Arabie Saoudite, l’Egypte, l’Emirats arabes unis et le Bahrain.

Accusé de générer de l’instabilité et d’encourager le terrorisme, le Qatar nie les accusations. En réaction, ces cinq artistes-graffeurs ont fait de la station Doha’s Fire le support de leur contestation.

Pour en savoir plus, retrouvez le reportage vidéo d’Aljazeera.

2018, année européenne du patrimoine culturel

20 septembre 2017

© Commission européenne

Le 11 mai 2017, la Commission européenne a décidé de faire de 2018, l’année européenne du patrimoine culturel. Au cours de cette année, des activités et des manifestations auront lieu partout en Europe et des délégations en feront la promotion dans le monde.
Les objectifs de cette année de festivités :
  • Encourager à partager et à apprécier le patrimoine culturel européen en tant que ressource commune
  • Sensibiliser à notre histoire et à nos valeurs communes
  • Renforcer le sentiment d’appartenance à l’Europe
  • Mieux protéger, préserver, perpétuer, enrichir, valoriser et promouvoir le patrimoine culturel européen

Cette année vise à promouvoir :

  • Le patrimoine culturel en tant que composante essentielle de la diversité culturelle et du dialogue interculturel
  • La contribution du patrimoine culturel à l’économie
  • Le patrimoine culturel en tant qu’aspect important des relations entre l’UE et les pays tiers.

Au programme, de nombreuses manifestations dont :

  • Le Forum européen de la Culture, qui sera l’occasion de lancer officiellement cette année européenne du patrimoine culture les 6 et 7 décembre 2017 à Milan (Italie)
  • Les Journées européennes du Patrimoine
  • Le décernement du Label du Patrimoine européen à des sites à valeur symbolique et historique importantes
  • La mise à l’honneur des Capitales européennes de la Culture 2018 : La Valette (Chypre) et Leeuwarden (Pays-Bas)

Dix initiatives à forte visibilité et regroupant plusieurs projets et actions seront également mis en oeuvre par la Commission européenne et ses partenaires clés comme le Conseil de l’Europe, l’UNESCO, l’ICOMOS, etc. Ces initiatives répondront à quatre objectifs principaux : engagement, durabilité, protection et innovation.

Dans le cadre de cet événement, un appel à projets porté par Relais Culture Europe est ouvert jusqu’au 22 novembre 2017. Plus de détails ici.

Appels à candidatures pour le Ségou’art 2018

20 septembre 2017

© Centre culturel Korè

Porté par le Centre culturel Korè en partenariat avec le programme « Ségou, ville créative » de la Ville de Ségou (Mali), le Ségou’Art est un salon d’art contemporain. Après une première édition en 2016, ce salon revient du 21 au 23 septembre 2018. Un appel à candidatures est ouvert jusqu’au 30 novembre 2017.

Le Ségou’Art réunira des galeristes, collectionneurs, amateurs d’art et critiques d’art autour d’œuvres des jeunes talents émergents de l’Afrique de l’Ouest et d’ailleurs.Le salon s’articule autour de trois composantes :

  • Une exposition internationale des œuvres des jeunes talents émergents
  • Des expositions individuelles d’artistes confirmés
  • Un séminaire sur le thème « Promotion de l’art contemporain africain ».
Il a pour objectifs de :
  • Offrir une plus grande visibilité à la création contemporaine et à la nouvelle génération d’artistes maliens et d’ailleurs
  • Offrir l’opportunité aux amateurs d’art de se sentir concernées par la production artistique locale
  • Elargir le marché à la production artistique des jeunes talents du Mali et d’ailleurs
  • Contribuer de façon significative à la structuration des arts visuels au Mali, tout en créant les conditions optimales pour l’émergence des jeunes artistes visuels en Afrique
L’appel à candidatures s’adresse aux artistes d’Afrique et d’ailleurs âgés entre 18 et 40 ans. 30 artistes maximum seront sélectionner pour participer à l’exposition internationale des jeunes talents émergents. Pour plus d’information, rendez-vous sur le site du Centre culturel Korè.

Appels à projets pour la sauvegarde du patrimoine documentaire

20 septembre 2017

© Prince Claus Fund – Whiting Foundation

Le Prince Claus Fund, dans le cadre de son programme Culture Emergency Response (CER), et la Whiting Foundation, ont lancé un appel à projets en faveur de la sauvegarde du patrimoine documentaire menacé en Afrique, en Asie, en Amérique latine et dans les Caraïbes. Les candidatures sont à envoyer avant le 31 décembre 2017.

Face aux menaces que représentent les conflits ou les catastrophes naturelles sur le patrimoine documentaire, l’objectif de l’appel est de contribuer à prévenir et à miniser les pertes en fournissant, par exemple, un financement rapide ou en permettant l’évacuation et la numérisation des patrimoines en danger. La collaboration de ces deux organisations vise à participer à la préservation le patrimoine documentaire afin de valoriser les réalisations culturelles et de soutenir des mémoires menacées ou oubliées dans le monde.

Cet appel s’adresse à des projets visant à sauvegarder le patrimoine documentaire, à savoir des objets patrimoniaux conçus pour transmettre des informations écrites tels que des manuscrits, des livres, des archives, des tablettes, des sculptures ou des inscriptions.

Critères d’éligibilité :

  • Le projet doit s’inscrit dans une situation d’urgence de conflit ou de catastrophe en cours ou imminente
  • Le projet doit être mis en oeuvre en Afrique, en Asie, en Amérique latine ou dans les Caraïbes
  • Le porteur de projet doit vivre et travailler dans une de ces régions
  • Le patrimoine documentaire ciblé doit revêtir une importance pour une communauté spécifique et identifiée qu’elle soit locale, régionale, nationale ou mondiale
  • Le projet doit impliquer les communautés et les autorités locales
  • La mise en oeuvre du projet doit être réalisée dans un délai de 12 mois

Les critères de sélection reposent sur :

  • Urgence du besoin
  • Solidité et durabilité du plan de préservation et/ou de diffusion
  • Importance du patrimoine menacé pour les communautés
Les fonds accordés seront en moyenne de 15 000 € et couvriront les dépenses liées directement au projet, et non les dépenses liées au fonctionnement.
Pour plus d’informations, téléchargez l’appel à projets : Whiting-PCF_Call_for_Proposals. En savoir plus sur : le programme CER, le Prince Claus Fund, la Whiting Foundation.

Les nouvelles dynamiques de la scène artistique kenyane

15 septembre 2017

A gauche : Paul Onditi, Smokey on the road, 2015 / A droite : Ehoodi Kichapi, Doctors Plaza, 2015. © Margaretta Wa Gacheru

Dans un article pour Art South Africa, Margaretta wa Gacheru dresse une panorama de la scène artistique kenyane actuelle.

Si l’art kenyan a longtemps été délaissé par les experts occidentaux et réduit à l’artisanat vendu aux touristes, la situation de la scène artistique au Kenya et plus largement en Afrique de l’Est est en train de changer rapidement.

Signe de ce développement, les artistes s’internationalisent et tiennent des expositions en Afrique, en Europe ou encore aux Etats-Unis,  montrant l’intérêt croissant pour la production contemporaine des artistes de la région. En parallèle à cette dynamique et afin de répondre à une demande d’espaces d’exposition et de vente grandissante, de nouvelles galeries et centres d’art ouvrent presque une semaine sur deux. Ainsi, en 2016, la Polka Dot Gallery, The Art Space, le Fundii Art Center, la Shifteye Gallery ou encore The Little Galley ont ouvert leurs portes. Les artistes se tournent également de plus en plus vers d’autres espaces d’exposition comme les hôtels de luxe, les restaurant haut de gamme, les cafés et les centres commerciaux, mais aussi les centres étrangers comme l’Alliance français, le Goethe Institute , l’Italian Institute of Culture qui sont très prisés.

Le développement d’incubateurs d’artistes émergents est également un signe positif. Des structures comme Paa ya Paa, Kuona Trust, The GoDown art Center, Maasai Mbili proposent des espaces collectifs où les artistes exposent et sont conseillés par des artistes plus établis. De plus, la Nairobi National Museum a ouvert une Creativity Gallery dédiée aux nouveaux talents du pays.

Cependant, cette dynamique de la scène artistique n’est pas suivie par le gouvernement kenyan, qui ne réalise pas encore toutes les potentialités de soutenir les arts visuels locaux.

En savoir plus : Art South Africa – The Kenyan Art Scene ; ACP Cultures+ – La scène artistique kenyane.

Arterial Network lance sa 1ère Foire des Industries culturelles et créatives africaines

10 septembre 2017

© Arterial Network

Du 2 au 4 novembre 2017, Arterial Network organise la Foire des Industries culturelles et créatives africaines (FICCA) à Abidjan (Côte d’Ivoire).

Cette conférence internationale s’inscrit dans le cadre du repositionnement et de la redynamisation d’Arterial Network et de son réseau qui, au cours de ses dix années d’existence, avaient organisé une série de cinq conférences annuelles entre 2011 et 2015 sur l’économie créative en Afrique : Arterial Network African Creative Economy Conference (ACEC). A l’occasion de cet événement, il s’agissait de réfléchir à la situation et à l’évolution du secteur créatif africain ainsi qu’à sa contribution au développement du continent. L’ACEC visait à fournir un cadre aux praticiens, décideurs, donateurs, universitaires et autres acteurs afin de pouvoir échanger et innover.

La FICCA se place dans la continuité des conférences ACEC, dans l’optique de leur donner une suite logique et pratique des enseignements qu’elles ont fait émerger. La FICCA est conçue comme une plateforme internationale pour l’échange, le partage et la rencontre entre professionnels du secteur créatif. La volonté est de créer un espace de collaboration qui rassemblera des acteurs, des praticiens et des organisations culturelles. Son objectif est de mettre en évidence les bonnes pratiques et les dernières innovations qui pourraient aider à stimuler le secteur créatif africain sur le continent et dans la diaspora.

De plus amples informations seront disponibles prochainement sur le site d’Arterial Network.